Le livre des Baltimore

Publié le par lespassionsdemalo

Le livre des Baltimore

TITRE: Le livre des Baltimore

AUTEUR: Joël Dicker

ÉDITIONS:  de Fallois / Paris    

NOMBRE DE PAGES: 476
 

QUATRIÈME DE COUVERTURE:
Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. 
Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

MON AVIS:

 Après avoir lu "L'affaire Harry Quebert", je me réjouis de retrouver Marcus, contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce deuxième opus n'est pas une suite du précédent. Ici, le polar fait place à une saga familiale  où nous retrouvons Marcus, jeune écrivain à la recherche d'un thème pour son nouveau livre. Celui-ci s'impose à lui quand Alexandra son amour de jeunesse réapparait .De souvenirs en souvenirs, Marcus nous relate l'histoire de son enfance partagée avec ses cousins Hillel et Woody, choyés au sein d'une famille aisée et respectée que l'on nomme les Goldman de Baltimore, quant à lui, il vit auprès de ses parents dans une maison ordinaire en banlieue,et sont nommés les Goldman de Montclair, cette situation ne lui convient pas du tout, il est fasciné par la vie de son oncle et sa tante auxquels il voue une admiration sans borne et passe le plus de temps possible chez eux, les trois adolescents deviennent inséparables.

Le roman va se construire sur les souvenirs de son enfance avec ses cousins. En se remémorant son histoire,il s'aperçoit que la vie de ses cousins n'était pas forcément celle qu'il avait imaginée, derrière la façade du bonheur se cachaient; rivalités, jalousie,incompréhension, non-dits, c'est ainsi qu'arrivera le drame.

Encore une fois, Joël Dicker a su me faire passer un excellent moment avec cette famille, les protagonistes sont attachants, l'écriture est simple, fluide, c'est une réussite.

A PROPOS DE L'AUTEUR:

Le livre des Baltimore

Publié dans Mes lectures

Commenter cet article

PHILIPPE D 23/08/2016 21:47

J'ai pas mal vu ce livre sur les blogs (le précédent encore plus) mais je ne l'ai pas encore lu (ni le premier d'ailleurs). Ma PAL est tellement importante !
Merci pour ton message sur mon blog.

Lily Rause 19/07/2016 23:20

Bonsoir Marie-Laure,

J'avais vu une personne dans le train lire ce livre (cf les lubies de Lily sur mon blog) et cela m'a beaucoup tenté et ton article m'encourage encore plus.
Merci

malo 20/07/2016 09:33

N'hésite pas Lily!.
Merci d'être passée ici.

Joëlle 19/07/2016 21:56

Je n'ai pas encore découvert cet auteur,
je me demande si ma fille ne m'en apporte pas un …
Tentant en tout cas!

malo 20/07/2016 09:31

J'ai une préférence pour celui-ci, alors si tu as le choix...
Bonne journée Joëlle

zazy 19/07/2016 21:33

Je n'ai pas lu le premier pas plus que celui-ci et quelque chose me retient de lefaire

malo 20/07/2016 09:29

Je pense qu'il a été beaucoup décrié, c'est dommage.
Bonne journée Zazy

Claude 19/07/2016 17:39

Merci pour cette critique, c'est tentant !

Malo 19/07/2016 17:41

Laisse toi tenter Claude.
Bisous, merci de ton passage