J'avais 12 ans, j'ai pris mon vélo et je suis partie à l'école...

Publié le par lespassionsdemalo

J'avais 12 ans, j'ai pris mon vélo et je suis partie à l'école...
J'avais 12 ans, j'ai pris mon vélo et je suis partie à l'école...

 

 

TITRE:  J'avais 12 ans, j'ai pris mon vélo et je suis partie à l'école

AUTEUR:  Sabine Dardenne

ÉDITIONS:   Pocket

NOMBRE DE PAGES:  180

 

Quatrième de couverture :

28 mai 1996, Sabine Dardenne, 12 ans, est enlevée par Marc Dutroux sur le chemin de l'école.

Ce monstre a déjà tué quatre enfants.

Ce que va subir Sabine Dardenne est effroyable. Pourtant, après quatre-vingts jours d'horreur, elle va être sauvée de la mort dans des circonstances extraordinaires.

Sabine Dardenne a attendu huit ans pour nous raconter ce qu'elle a subi :

"Je suis une des rares survivantes qui aient eu la chance d'échapper à ce genre d'assassin.Ce récit m'était nécessaire et si j'ai eu le courage de reconstituer ce calvaire, c'est avant tout pour qu'un juge ne relâche plus les pédophiles à la moitié de leur peine pour "bonne conduite" et sans autre forme de précaution..."

Mon ressenti :

Sans doute pour exorciser ses démons, (puisqu'elle refuse de voir un psy), Sabinne nous fait le récit de son calvaire après avoir été enlevé par Marc Dutroux.

Ni, indécence, ni détails scabreux, Sabine, ayant trop souffert dans son intimité ne nous parlera pas de "l'horrible chose" et c'est tout à son honneur.

Elle nous fait part de son ressenti face à ce monstre, de son vécu dans cette cave, où, pour ne pas sombrer elle écrit de longues lettres à sa famille, plus particulièrement à sa mère.

Je suis stupéfaite par le courage qu' à eu cette petite fille.

Que dire de plus face à ce témoignage poignant.

C'est son histoire, je ne voudrais en aucun cas la dénaturer par mes commentaires...

Je vais donc m'arrêter sur ses propres paroles.

"C'est la récidive qui me met en colère. Car il existe des techniques modernes et sophistiquées permettant de contrôler le déplacement d'un "prédateur isolé" à partir du moment où il a été repéré.

La justice peut s'en donner les moyens et c'est aux gouvernements d'en décider.

S'il vous plaît, qu'ils ne l'oublient pas à l'avenir.

Plus jamais ça.

Pour "que la voix des victimes soit enfin entendue et que cesse la fascination pour les monstres".

 

À PROPOS DE L'AUTEUR: 

 

 

 

 Lu dans le cadre "Gros défi" "Au fil des lignes"images-copie-17

Le défi de Mia mod article5218943 4

 

 

 

 

Publié dans Mes lectures

Commenter cet article